30 Septembre 2014

Bruegel : The G20 financial reform agenda

30 septembre 2014

La « re-régulation»mondiale est bien avancée mais son efficacité douteuse

Cinq anq après le sommet du G20 de Londres et Pittsburgh qui ont lancé la régulation du système financier, « la plupart des engagements (mais pas tous) ont été satisfaits à un degré substantiel », mais « l'efficacité de ces réformes à rendre la finance mondiale plus stable n'est pas encore prouvée ». Ce sévère constat est au centre d'une analyse de Nicolas Véron, senior fellow à Bruegel et visiting fellow à Peterson institute for international economics, publiée le think tank Bruegel. 
L'incertitude sur l'impact des mesures de régulation initiées par le G20 reflète l'absence de consensus analytique sur la crise financière de 2007-2008 elle-même, poursuit encore l'auteur. De plus, des conséquences inattendues des réformes se révèlent peu à peu, alors que leur mise en œuvre n'est pas encore achevée. 
« Plus généralement, le G20 n'a établi ni une infrastructure institutionnelle adéquate ni une vision politique cohérente pour un système financier mondialement intégré », écrivent les auteurs de l'analyse. Ils considèrent que « cette lacune suscite des inquiétudes grandissantes sur la fragmentation économiquement nuisible du marché. Un objectif clé devrait porter sur la création d'instances régulatrices internationales plus représentatives d'une géographie de la finance mondiale évolutive de manière accélérée, non seulement du point de vue de ses entités constitutives, mais aussi de son leadership et de sa localisation ».

voir le document 


À télécharger

Liens

Diaporama

Haut de page