L’année 2020 s’est révélée exceptionnelle, et rentrera dans
l’histoire pour de bonnes et de moins bonnes raisons.

La crise économique et sanitaire a touché toute l’économie et toutes les industries à des degrés divers. Ces bouleversements, les membres de l’AFTI et leur association professionnelle ont réussi à les surmonter avec succès. Notre collectif a tenu le cap en adaptant ses modalités de fonctionnement, et en réfléchissant à un post Covid qui intégrera durablement un fonctionnement à distance renforcé. Nous avons assuré la continuité de nos services et la présence auprès de nos adhérents qui faisaient face à des volumes d’opérations sans précédent. Un point de satisfaction d’abord : l’année 2020 a connu de très fortes turbulences sur les marchés, et nos infrastructures, comme l’industrie du post marché globalement, a très bien « tenu le choc ». Nos clients ont manifesté d’ailleurs leur satisfaction à cet égard, comme sur l’accompagnement que nous avons su mettre en oeuvre auprès d’eux Certes, le premier jour de l’année 2021 aura commencé par une journée de bourse fortement négative parce que soudainement d’aucuns se rendent compte que la pandémie de COVID était toujours présente et que malgré le vaccin, « la victoire sur le virus n’était pas encore acquise ». Mais pour nos activités « post marché », et instruments financiers, tout n’est pas négatif en ce début d’année :
• Post Brexit : la Place financière de Paris parmi les grandes gagnantes de 2020 :Selon la Banque de France, le Brexit a entraîné le transfert de plus de 2500 emplois en 2020 et les relocalisations pourraient s’accélérer cette année, en fonction des équivalences que Bruxelles décidera ou non d’accorder au Royaume-Uni dans les prochains mois.
• Beaucoup des grands acteurs français de notre industrie poursuivent leur développement international avec nombre d’opérations de croissance hors des frontières. Il en va de même aussi avec Euronext et Euroclear nos grands partenaires stratégiques de Place.
• Et la crise du Covid-19 aura redonné aux Français le goût des actions : Selon l’Autorité des marchés financiers, près de 1,4 million de particuliers ont passé un ordre d’achat ou de vente sur des actions en 2020. « Parmi ceux-ci, un peu plus de 410.000 n’avaient jamais passé d’ordre de Bourse jusqu’ici ou étaient inactifs depuis janvier 2018 »
Le cabinet PWC a publié ses principales attentes et prévisions pour l’année 2021 : il anticipe une croissance annuelle mondiale de 5%, soit la plus forte hausse depuis 21 ans, certes ….. » à condition que la campagne de vaccination se poursuivre dans de bonnes conditions ». L’année 2020 aura été très riche en grands dossiers européens qui concernent tous nos métiers : asset management et asset servicing (ex. préparation des révisions de AIFM, …), conservation règlement / livraison et compensation (ex. mise en oeuvre de CSDR …), services aux émetteurs (ex. mise en oeuvre de SRD2). Mais au-delà de ces dossiers sur lesquels l’AFTI est mobilisé de longue date, l’AFTI s’est mobilisée et restera attentive à deux mouvements de fond qui vont désormais s’installer en toile de fond de toutes nos activités : Premièrement, les préoccupations liées à la finance durable et à l’ESG, qui atteignent des sommets ; financement, investissement, labels, gestion des risques, reporting, gouvernance, extension de la taxonomie… (La classe d’actifs des émissions de dette ESG et « à impact » a franchi un nouveau palier en 2020 et devrait poursuivre sur sa lancée l’année prochaine.) L’AFTI sera attentive à la « Nouvelle stratégie sur la finance durable » de la Commission dont la publication est attendue fin mars 2021. L’AFTI sera particulièrement attentive aux sujets liés à la data… Elle a pour ambition de permettre à l’industrie du post marché de fournir de nouveaux services, de se rendre utile et apporter ainsi sa pierre à l’édifice.
Et dans le même temps, le développement de la digitalisation de nos activités et des marchés de crypto-actifs poursuit sa course : nous assistons à une forme « d’institutionnalisation » des crypto-actifs : La Commission européenne a adopté le 24 septembre 2020 un paquet sur la finance numérique et est très active pour faciliter le développement sécurisé de la digitalisation (DORA…)
• Elle révèle également ses projets de réglementation pour les marchés de crypto-actifs : MiCA pour les cryptomonnaies, utility tokens et stablecoins; le régime pilote pour les security tokens.
• La Banque Centrale Européenne (BCE) approfondit ses réflexions sur l’euro numérique, et l’émission du digital euro dans les deux à quatre années à venir est envisagée.
• Et le régime des prestataires de service sur actifs numériques est entièrement effectif en France.
Avec l’aide de notre Groupe « Innovation et Nouvelles technologies », nous avons l’ambition de préparer l’avenir de nos métiers, et d’observer en permanence si et comment la finance traditionnelle cohabitera, ou intégrera le marché des crypto-actifs, que ce soit pour « conserver » des actifs, déployer des projets de « finance décentralisée », dialoguer avec des plateformes ?
Les effets et la durée de cette crise, n’étant pas identifiables, prévisibles, nous souhaitons rester mobilisés en ce début d’année 2021, en souhaitant l’énergie à tous nos adhérents. Et j’exprime le souhait que l’AFTI soit aussi reconnue en 2021, comme le partenaire des temps plus difficiles….
Dominique de Wit, Président de l’AFTI

Lettre Européenne de l’AFTI n°32  à télécharger

TELECHARGER